Réflexions

Nuchatlitz BC 2014 Bob

Arrivés à ce stade de notre voyage il nous a paru bon de faire le point sur ce que nous faisions.

Nous sommes partis, non pour faire du tourisme, pour « voir » ou « faire » ce que l’on doit absolument « faire ». Non, nous sommes partis parce que c’est ce que nous avons toujours fait, parce que sans doute nous ne savons pas faire autre chose. Notre vie est une vie de nomades, c’est pour cela que nous n’avons pas de maison, pas de lien matériel terrestre en dehors de notre bateau. Nous avons toujours eu envie de partir, ce que nous avons fait dans notre métier, ce que nous continuons à faire maintenant. Quand nous accostons quelque part, comme lorsque nous naviguions au commerce, nous sommes toujours vus avant tout comme des marins et non comme des touristes, même si souvent nous sommes des étrangers riches pour ceux qui nous voient arriver. Il ne s’agit pas non plus d’une course sans fin ou d’une quelconque boulimie. Nous aimons aussi prendre notre temps et voyager pour nous c’est découvrir, un pays, des gens, c’est vivre leur vie, apprendre leur langue quand nous en avons le temps. Ce sont ainsi des morceaux d’existence mis bout à bout où nous avons été quelquefois spectateurs, quelques fois acteurs. Nous avons rejeté beaucoup de choses de ce monde moderne, comme la télévision ou la voiture, la consommation effrénée, mais nous gardons internet , la possibilité de nous informer et de communiquer a encore plus d’importance, car cela nous permet le lien avec ceux que nous aimons et qui nous manquent, famille et amis.
Tant que nous pourrons, tant que nos forces ou la santé nous le permettront nous naviguerons, nous ne pensons pas nous arrêter un jour, il y a toujours un endroit où nous avons envie de mouiller notre ancre pour quelque temps. Nous n’irons pas partout où nous aurions voulu, il y aura toujours des régions que les conditions climatiques, les réglementations ou les pirates nous interdiront, mais la terre est suffisamment vaste pour satisfaire notre envie de vagabondage.

Nous ne pouvons tout vous raconter, tout vous montrer, nous vous cachons nos grandes ou petites misères, mais nous gardons le lien avec vous, il est pour nous tout aussi important que notre besoin de voyager de part ce monde.
Nous voyageons aussi pour ceux qui ne peuvent pas le faire ou plus le faire. Ceux qui ont disparu nous accompagnent, ils sont toujours dans nos pensées. Nos livres, parcelles d’humanité, font le voyage avec nous, souvent leur auteur nous a précédé.
Et puis il y a « Skøiern », notre bateau, qui est un merveilleux passeport et nous permet d’établir le premier contact. Parce qu’il est beau, bien sûr, mais aussi parce que sa silhouette, sa ligne ne laissent personne indifférent.
La mer est notre domaine mais nous ne nous lassons pas de découvrir le spectacle de la nature, de côtoyer les animaux, les terres, les arbres. Les nuits de quart sont peuplées d’étoiles, de bruits et de voix étranges, de souffles mystérieux, de lueurs fugaces, les nuits au mouillage de cris d’oiseaux et autres crapauds, grenouilles ou grillons…
Ce monde est immense, nous le contemplons, mais nous sommes aussi témoins de la folie des hommes qui semblent vouloir le détruire. Nous voudrions tant faire partager nos idées, nos sentiments, arriver à montrer qu’il est possible de vivre sans tout saccager, qu’il est urgent de protéger ce que nous pouvons épargner, d’arrêter cette fuite en avant stupide et stérile qui risque de nous faire disparaître tous. Nous ne ne sommes pas propriétaires de cette Terre, nous ne sommes que locataires, et encore nous ne payons pas le loyer. Le culte de l’argent, de la consommation, du rendement ne vivent que de la destruction de nos ressources naturelles, du pillage de la nature. Il est temps pour nous de le clamer haut et fort si nous voulons laisser à nos enfants, nos petits enfants et ceux qui les suivront autre chose que des ruines.
Notre Terre est unique, elle n’est pas renouvelable.

Voir aussi l’article du « chasse marée » n°143 : Skøiern, sous le signe de Mars

This post is also available in: Anglais, Espagnol