Chantiers…

 

Jorgensen

Le chantier Jørgensen og Viik à Grimstad, en 1917

« Mars » a eu la chance d’être construit en Norvège, dans un chantier spécialisé dans la construction de grands voiliers en bois et d’avoir été dessiné par Christian Jensen, qui avait été constructeur avant d’être architecte. De ce fait sa réalisation sera particulièrement robuste, à mi chemin entre le bateau de pêche et le yacht.

Un chantier norvégien, en 1918, c’est un grand hangar sur une grève, du bois flotté devant et une forge:                                                                                                                                                     du chêne pour la structure, les couples sciés et les membrures ployées,                                          du pin de Norvège de 35mm pour les bordés,                                                                                    des varangues, renforts et carvelles en fer doux galvanisé pour relier le tout que l’on lestera de 9 tonnes de fonte,                                                                                                                                        et voila notre spissgatter!                                                                                                                              Le pont est en pin verni, les capots, hiloires et aménagements intérieurs en acajou.

Avec le temps, et les désirs des propriétaires, de nombreux travaux vont jalonner la vie de « Mars », devenu « Skoiern », l’entretien ne suffit pas, il faut souvent remplacer, refaire, réparer et les grands chantiers vont se succéder :

Dans les années 1950 Louis Rivière fera les premières transformations : enlèvement du bout dehors, recul du mat, construction d’un roof pour couvrir le cockpit des équipiers. Les emménagements intérieurs commencent à être modifiés.

En 1997 « Skoiern » entre au chantier H²O Yachting, à Marseille, pour la réfection du pont. En fait ce sont 11 mois de travaux qui verront le remplacement de la totalité du barrotage, de la serre bauquière, du pont, de nombreuses membrures, le revissage des œuvres mortes….

En 2004 au chantier « Archimer », au Frioul, dans la baie de Marseille ce sont 120 mètres de bordage qui vont être remplacés par Olivier Auplat, de « Marenostra » et ses associés. Du mélèze du Queyras, tellement solide qu’il détruira une scierie lors du débit des bordages ! va équiper galbords, ribords, jusqu’à 10 virures de chaque bord. Là encore de nombreuses membrures seront remplacées, les œuvres vives revissées, je calfaterais moi même toute la carène et remplacerais tous les boulons de quille qui n’avaient pas encore été changés, 18 au total!

En 2009 Jean Yves Larour, d' »Archimède » à Douarnenez nous refera le carré de nos rêves. Il nous construira également une copie conforme de notre annexe, plus solide et insubmersible, pour que nous puissions affronter nos futurs voyages plus sereinement.

DSC00204[1] (2) IMG_8029

En 2014, près de Vancouver, à Richmond, nous choisirons Bo Spiler et son chantier « Commodore’s boats », sur la rivière Fraser, pour remplacer quelques bordés et membrures : du red cedar pour les œuvres mortes, du douglas fir pour la carène, du bois multicentenaire, au fil parfait…il n’y qu’ici que l’on trouve cela !

Il y a eu bien sûr beaucoup plus que cela, et il y en aura encore, mais nous aimons aussi cette ambiance des chantiers, où l’on prend le temps d’aller au fond des choses, où l’on a le plaisir immense de voir de vrais artisans au travail, d’humer le bois qui sort de l’étuve et d’admirer, encore et encore, les magnifiques formes de notre voilier.

This post is also available in: Anglais, Espagnol